Le Vicus : La cave

  La rue principale La cave L'artisanat local L'artisanat du verre Les fours
de potier
La céramique Les objets
en fer
La tabletterie Les objets
en bronze
Les monnaies


 Présentation
 générale

 Le vicus

 Les temples

 La nécropole
 à incinérations

 Mise en valeur
 du site

 Bibliographie

 Liens

 Accueil

La cave est la partie enterrée d'un habitat. Actuellement, on ne peut donner à celui-ci ses réelles dimensions car, depuis 1500 ans, l'ensemble du site a été abandonné et bouleversé.
Le déboisement, la récupération des matériaux, l'érosion et les différentes cultures ont dégradé l'ensemble du site.
Dans la partie sud-ouest de celui-ci, plus d'un mètre de couches archéologiques ont disparu. Heureusement, dans d'autres zones, les structures des caves ont subi peu de dégradations et certains éléments archéologiques sont encore présents (trous de poteaux, soubassement avec pierres de blocage, vestiges d'un chemin reliant deux caves).
Les résultats des fouilles de ces différentes caves et de leurs abords nous donnent une certaine idée de la construction de l'habitat en général.

Avant de construire leur habitat, les futurs occupants se souciaient de prévoir l'évacuation des eaux d'infiltration, soit en aménageant un caniveau dans le sol en hérisson de la cave, soit en perçant la couche imperméable du sol, soit en creusant un puits perdu.

Fonds de cave gallo-romain avec sol en hérisson
Fonds de cave gallo-romain avec puits perdu

L'assainissement terminé, ils construisaient leur cave avec de la pierre locale (celle de Romery située à 4 km de Ville-sur-Lumes). Les pierres étaient jointoyées au mortier et, pour certains de ces fonds de cave, les joints étaient tirés au fer et l'empreinte était de couleur rouge.
La partie extérieure des caves était enduite d'argile blanche ou grise pour empêcher toute infiltration d'eau de pluie ou de source.
La partie supérieure de l'habitat reposait sur un plancher et sur celui-ci était édifiée une ossature en bois pour soutenir toute la construction.
Les murs extérieurs étaient réalisés en torchis.
Les murs intérieurs étaient lissés avec du mortier blanc de façon à obtenir une surface bien régulière. Ceux-ci étaient décorés de formes géométriques, carrées ou rectangulaires, peintes en rouge

Les couvertures étaient réalisées en ardoises de Rimogne dont les dimensions variaient selon les habitats (33 cm x 33 cm x 2 cm taillées en losange, 30 cm x 15 cm x 1,5 cm, taillées en rectangle, la partie supérieure découpée en triangle).
Ces ardoises étaient fixées par des clous de fabrication locale.



Ardoise taillée en losange


Ardoise taillée en rectangle


Ardoises

Tuile plate

La structure d'une de ces caves pose encore une énigme : quelle était la réelle fonction de celle-ci et pourquoi était-elle si soignée ? La présence de nombreuses tuiles plates et faîtières d'époque gallo-romaine sur le site sont les traces d'un autre habitat plus élaboré appartenant à un haut dignitaire du vicus.


Nota : Si l'eau est un élément essentiel à la vie, elle est aussi un élément destructeur. En effet, le ruissellement et les infiltrations sont souvent imprévisibles et fortement gênants. Nous pouvons donc parler de l'ambivalence de l'eau, que connaissaient bien et que subissaient nos ancêtres.

HAUT

EXEMPLES D'HABITATS TROUVÉS LORS DES FOUILLES
Architectures des fonds de caves


Joints tirés au fer

Cave avec soupirail

 

Niche

 

PLAN DES CAVES

HAUT

STRUCTURES LIÉES A L'EAU


Puits citerne

Puisards

Puits

Puits citerne

Aqueduc

Caniveau dans habitats

Caniveaux

Caniveau


Aqueduc

Collecteur de source

Puits perdu

Caniveau

Caniveau

Caniveau

Caniveau

Caniveau dans habitat

Puits

Aqueduc

HAUT

Plans de certains caniveaux

Schéma des caniveaux

HAUT

Schéma des caniveaux

HAUT

HAUT

 

 


© Copyright Bernard Duchêne
2005 -
Webmestre O. Bruder